Skip to main content
Toits parisiens

Les spécificité du diagnostic immobilier à Paris II

Cet article fait suite à un autre qui pointaient les points les plus critiques d’un dossier de diagnostics immobiliers (ici), en particulier lorsqu’il est question d’un appartement à Paris.

Aujourd’hui, nous allons plutôt vous indiquer ce qui est le moins important, c’est-à-dire ce qui ne doit pas vous empêcher de dormir. Les diagnostics immobiliers sont rédigés d’une manière qui n’a pas toujours tendance à rassurer ceux qui les lisent, et il est parfois utile de donner quelques précisions qui permettent de faire la part des choses.

Encore une fois, ces points secondaires des diagnostics immobiliers sont secondaires surtout si votre logement se trouve à Paris ou dans ses environs. En effet, les points de vigilance varient en fonction des régions.

Diagnostic immobilier à Paris : les points secondaires

Le CREP : diagnostic plomb

Le diagnostic plomb est obligatoire pour la vente ou la location de tout logement dont le permis de construire date d’avant 1949. C’est le cas d’une écrasante majorité de l’immobilier parisien, ce CREP y est donc très souvent nécessaire.

Il faut savoir que dans un dossier de diagnostic plomb d’un logement à Paris, il sera presque toujours indiqué qu’il y a du plomb dans les peintures d’un ou plusieurs endroits (murs, portes, fenêtres). On peut s’en étonner car le plomb dans la peinture est interdit depuis 1949, et que les peintures des habitations sont rénovées régulièrement. Cela s’explique par le fait que l’appareil que votre diagnostiqueur immobilier utilise pour statuer sur la présence ou non de plomb dans un revêtement mesure cette présence ou absence sur une certaine épaisseur. Ainsi, si la peinture d’un mur vient d’être refaite, mais que cela a été fait en recouvrant d’anciennes couches, dont une qui date d’avant 1949, l’appareil indiquera qu’il y a du plomb.

C’est pour cela que le résultat de ce diagnostic immobilier ne doit pas vous inquiéter outre mesure. On croise certains propriétaires parisiens qui réagissent, à l’annonce de la présence de plomb dans leurs peintures, comme si on venait de leur annoncer qu’ils vivent depuis des années dans un environnement empoisonné ! Or le plomb n’est dangereux que si on l’ingère, donc si on mange de la peinture au plomb. Personne ne fait ça, à part de très jeunes enfants qui pourraient en ramasser des morceaux au sol. C’est donc tout ce qu’il y a à retenir si votre CREP vous dit qu’il y a du plomb : ne laissez pas les peintures concernées se déliter, cela peut être dangereux pour des bébés qui la mangeraient.

Le diagnostic amiante

Il est obligatoire de faire réaliser un diagnostic amiante pour la vente ou la location d’un logement datant d’avant 1997, ce qui concerne donc la quasi-totalité des logements de Paris et une grande partie des logements d’île-de-France.

Pour autant, il arrivera peu souvent à Paris que votre diagnostiqueur immobilier trouve de l’amiante dans votre logement. Et le cas échéant, il s’agira certainement d’une gaine de ventilation en fibro-ciment (le fameux tuyau en amiante). La présence de ce conduit n’est pas un danger en soi, car il ne diffusera pas spontanément des fibres d’amiante. En revanche il ne faut pas y toucher : ne rien y clouer, ne pas le découper, ne pas le poncer ! Si vous avez besoin de le supprimer, il vous faudra faire appel à une entreprise de désamiantage. Le coût de suppression d’un conduit dépend bien sûr de sa taille, mais n’atteindra normalement pas les 1000 €. C’est une somme, mais c’est finalement très peu en comparaison du prix d’un appartement parisien ! C’est pourquoi l’amiante n’est pas le sujet d’inquiétude principal des acheteurs de la capitale.

Le DPE à Paris

Quand on réalise un dossier de diagnostics immobiliers à Paris, le DPE qui y est intégré est le plus souvent réalisé avec la méthode dite « sur facture ». Pour rappel (voir notre article à ce sujet), cette méthode doit être utilisée dans les cas suivants :

  • Logement datant d’avant 1948
  • Appartement datant d’après 1948, chauffé grâce à un chauffage collectif

C’est donc le cas le plus courant pour un appartement parisien. Et malheureusement, lorsqu’on se fie aux consommations passées des occupants d’un logement, on n’est pas toujours certain que le résultat représentera fidèlement sa performance énergétique. En effet :

  • La consommation prévisionnelle sera surévaluée si elle est basée sur un logement anciennement occupée par des gens frileux
  • La consommation sera sous-évaluée si les occupants précédents supportent bien le froid
  • Elle sera très sous-évaluée si les occupants précédents sont souvent absents (pied-à-terre peu utilisé par exemple)

Méfiez-vous donc des résultats du DPE à Paris !

Dans le cas d’un diagnostic de performance énergétique réalisé avec la méthode dite 3CL (et donc beaucoup plus fiable), voici ce que vous pouvez conclure des notes indiquées, en fonction du type de chauffage.

Chauffage individuel électrique :

  • G : le logement est mal isolé
  • E et F : ce sont les notes habituelles dans ce cas de figure à Paris, les performances du logement ne vous surprendront ni dans un sens ni dans l’autre
  • D : c’est un appartement très bien isolé
  • A, B ou C : ce n’est pas possible, vous pouvez jeter ce diagnostic immobilier à la poubelle, il a été réalisé par un diagnostiqueur mal réveillé

Chauffage individuel gaz :

  • F et G : le logement est mal isolé
  • D et E : ce sont les notes habituelles dans ce cas de figure à Paris, les performances du logement ne vous surprendront ni dans un sens ni dans l’autre
  • B et C : c’est un appartement très bien isolé
  • A : c’est une note un peu trop bonne pour être vraie, méfiez-vous du résultat

Avec ces quelques informations, vous serez mieux armés pour comprendre le dossier de diagnostics immobiliers qui vous a été remis. Encore une fois, ces précisions s’appliquent surtout s’il s’agit d’un logement à Paris. Enfin, n’hésitez pas à contacter le diagnostiqueur immobilier qui a établi le rapport pour obtenir plus d’informations si nécessaire.

Secretary of https://essayclick.net/ education margaret spellings said in a speech in st.